Le CRCA22 expliqué (Crédit Agricole Côtes-d’Armor)

Le Crédit Agricole est une institution financière qui détient de nombreux sièges dans environ 30 pays à travers le globe. Il dispose d’une caisse régionale dans tous les départements de la France, dont la Côte d’Armor. Vous ne savez pas ce que CRCA22 signifie ? Nous allons l’expliquer dans cet article.

C’est quoi la CRCA22 ?

Le code CRCA22 correspond à « Caisse Régionale du Crédit Agricole dans le département des Côtes-d’Armor ». Le 22 est le numéro du département des Côtes-d’Armor. En effet, chacune des caisses régionales du CA dispose d’un code composé des initiales CRCA suivies du numéro de département. Par exemple, CRCA 44 signifie Caisse Régionale du Crédit Agricole dans le département Atlantique Vendée.

A lire également : Quelle sont les meilleures pièces d'investissement argent ?

Brève histoire de Crédit Agricole

Le crédit dans l’agriculture à la fin du 19e siècle

À la fin du 19e siècle en France, l’agriculture peine à trouver un crédit adapté, c’est-à-dire à long terme, souple et bon marché.

Plusieurs tentatives de création de banques agricoles ont échoué, dont une en 1861 soutenue par le Crédit Foncier. La loi de 1884 sur la liberté d’association professionnelle permet la création de syndicats agricoles, ce qui, avec l’exemple des banques mutualistes en Allemagne et en Italie, crée un environnement propice à l’émergence de banques adaptées.

A lire en complément : Qu'est-ce qu'un call et un put ?

La volonté de la Troisième République d’attirer les suffrages des agriculteurs en soutenant les petites exploitations familiales, ainsi que les efforts du ministre de l’Agriculture Jules Méline, aboutissent à la loi du 5 novembre 1894, qui crée le Crédit Agricole. Cette loi autorise la création de Caisses locales du Crédit Agricole par les membres des syndicats agricoles. Ces banques seront la propriété de leurs membres, selon le principe de la mutualité.

Le soutien de l’État et la création des Caisses régionales du Crédit Agricole

La loi de 1894 ne confère aucun avantage financier, et les Caisses Locales sont rapidement confrontées à des problèmes financiers, tels que le manque de capital et l’insuffisance de garanties de la part des petits agriculteurs.

Le gouvernement prend des mesures partielles, dont la loi de 1898 sur les warrants agricoles, qui contribue à résoudre le problème des garanties, ainsi que des mesures plus générales. En 1897, le gouvernement impose à la Banque de France d’accepter les bons escomptés des syndicats agricoles et de fournir des ressources au Crédit Agricole sous forme d’une injection de 40 millions de francs et d’un versement annuel de 2 millions de francs.

Pour répartir ces avances, la loi du 31 mars 1899 crée une commission du ministère de l’Agriculture et institue les Caisses régionales du Crédit Agricole, au nombre de neuf la première année. Ces banques coopératives représentent le deuxième niveau de la pyramide institutionnelle du Crédit Agricole. Elles regroupent les Caisses locales de chaque région et encouragent la création de nouvelles Caisses locales.

L’essor des Caisses locales et régionales

Grâce à des efforts déterminés, les Caisses locales et régionales se multiplient. Au moment de la Première Guerre mondiale, chaque département français compte au moins une Caisse régionale.

Cependant, bien qu’elles soient autorisées à accorder des prêts à long terme par les lois du 29 décembre 1906 (prêts aux coopératives agricoles) et du 19 mars 1910 (prêts individuels à long terme), ces banques prêtent surtout à court terme. En outre, malgré l’augmentation des flux d’épargne, le gouvernement continuait à fournir les trois quarts des fonds d’origine.

La Première Guerre mondiale met en évidence ces lacunes, ainsi que les avantages du système du Crédit Agricole. L’isolement de certaines régions a montré la nécessité d’une banque centrale pour réguler les affaires. Le Crédit Agricole est également sollicité pour financer la mise en valeur des terres laissées en friche pendant la guerre, puis pour remettre en état les exploitations situées dans les zones de combat. Le Crédit Agricole devient aussi progressivement un outil de soutien aux petites exploitations rurales.

La création de l’Office National de Crédit Agricole

Afin de donner une plus grande autonomie à ce qui n’était alors qu’un simple service de crédit du Ministère de l’Agriculture, et de créer un organisme central de compensation pour les Caisses régionales, la loi du 5 août 1920 crée l’Office National de Crédit Agricole. Cette entité publique est rebaptisée Caisse Nationale de Crйdit Agricole (CNCA) en 1926, mettant ainsi davantage l’accent sur son rôle de banque.

vous pourriez aussi aimer